Mon cœur de maman blessé, 5 mois après.

Vous le savez, il est très important pour moi de vous parler ici de la vrai vie de maman, de la vrai vie de parent, sans filtre et sans chichi. Oui, être parent c’est merveilleux, c’est beau, c’est un cadeau de la vie … et patati et patata. Mais être parent, c’est aussi épuisant, c’est galère, c’est du stress, des moments de doutes et des pleurs.

En novembre, je vous parlais d’ailleurs ici même de mon cœur de maman blessé et de mon impression que mon fils aimait tout le monde plus que moi, et surtout son père. Aujourd’hui, j’avais envie de faire le point avec vous et de vous parler de l’évolution de la situation.

Nous sommes donc 5 mois après et Bibou a eu 2 ans. Mon fils est beaucoup plus proche de moi et me montre de nouveau de la tendresse et ça, c’est vraiment agréable.

7ans d'amour.jpg

Tous les matins, chez sa nounou, je passe un long moment avec lui (au moins un côté positif du chômage) à jouer et à faire des câlins. Quand vient le moment de partir, il me saute dans les bras et me réclame des bisous en m’accompagnant jusqu’à la porte et j’adore ces moments (Bon, sauf avant hier où il m’a accompagné en me disant « dégage maman… ! ») Quand j’arrive le soir et que je frappe à la porte, je l’entends hurler «Maman, c’est maman ! », alors que je n’y croyais plus il n’y a pas si longtemps.

À la maison, je ressens aussi beaucoup la différence. Il n’y en a plus que pour papa. Maman existe enfin. Nous passons de bons moments tous les trois, sans que je me sente rejeté. Même si parfois, il fait exprès de me narguer en faisant un câlin à Papounet en me regardant avec un petit sourire en coin quand je lui demande s’il veut bien me faire un bisou.

Jamaissansmonpapa.jpg

En revanche, la nuit, c’est toujours papa qui a les faveurs de Manoë. Impossible de l’expliquer (enfin, j’ai bien une idée, il ne supporte pas ma tronche la nuit, même moi, je me fais peur en passant devant les miroirs !) mais s’il se réveille dans la nuit et que je vais le voir pour m’occuper de lui, il se met à hurler en appelant Papounet. Même quand il se réveille en appelant « Maman », impossible de m’occuper de lui. Bon, il y a le côté positif de tout ça, c’est que je n’ai pas à lui changer les couches qui débordent ! Mais ça reste assez frustrant pour une maman de ne pas pouvoir s’occuper de son bambin. La plupart du temps, je donne un coup de main à mon homme et j’arrive à amadouer mon fils en faisant le clown. Mais Papounet n’aime pas ça, car il a toujours peur que Bibou ne se rendorme pas.

En novembre, j’avais besoin de partager avec vous mon désarroi et de me sentir moins seule. Aujourd’hui, il me paraissait important de vous expliquer la suite des événements, car si vous vivez la même chose que moi, que vous soyez maman ou papa, j’espère vous rassurer un peu. Oui, ces moments sont difficiles à vivre, mais les choses évoluent. Rien n’est perdu ! Accrochez-vous et ne désespérez pas.

momentcâlinmèrefils.jpg

Maintenant, je croise les doigts pour que les choses continuent d’évoluer vers du positif et qu’il n’y aura pas de retour en arrière, ou d’inversion de situation. Je ne souhaite pas que Papounet se sente à son tour rejeté.

Et chez vous, comment ça se passe ? Vivez-vous ou avez vous vécu ce genre de chose ? Comment l’avez-vous pris ? Comment avez-vous fait changer les choses ? Dites moi tout en commentaire.

8 Replies to “Mon cœur de maman blessé, 5 mois après.”

  1. Je découvre ton blog par cet article et avant tout, je trouve ça vraiment chouette que ton petit revienne vers toi. Très personnellement, ça me rassure aussi parce qu’on parle beaucoup de l’œdipe et pourtant mon fils de 1,5 ans est clairement plus en demande de son père (bon après avoir donné quasi exclusivement pour sa première année, ça me fait du bien d’avoir une excuse pour envoyer papa la nuit et me dégager du temps le soir et en week end) et c’est vrai que c’est une situation qui est loin d’être agréable et dont on parle très peu (pourquoi d’ailleurs ? J’imagine que nous ne sommes pas les deux seules extraterrestres à avoir des fils qui ont une crise « papa » !). Bref, merci d’en parler et de prendre le temps de rassurer les mamans sur l’après !

    Aimé par 1 personne

    1. C’est vrai que nous ne sommes pas seules et c’est pour ça que j’avais besoin de partager ce moment. Quand on se sent mal dans ce genre de situation, on cherche si d’autres personnes vivent la même chose et ça rassure de savoir que nous ne sommes pas des ovni !

      Aimé par 1 personne

  2. Ton article me rassure beaucoup ! Ma fille de 16 mois maintenant a eu la même phase pendant 2 mois. Quand elle pleurait, même si son père essayait de me laisser la place, elle refusait que je la console et l’attendait lui… Ça a été très dur pour moi qui faisait tout pour changer la donne. Et puis finalement, ça s’est arrangé tout seul. Elle est toujours très fan de son papa mais beaucoup moins dure avec moi ! Et ça fait du bien !

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s