Mon journal de grossesse : Le second trimestre.

Il est grand temps de vous parler de mon second trimestre de grossesse. Pour rappel, vous pouvez lire ou relire mon article sur le premier trimestre en cliquant ICI.

Alors, pour commencer, je tiens à rappeler que chaque grossesse est différente et que nous n’avons pas toutes la même façon d’aborder les choses et de les vivre. Sincèrement, je n’aime pas particulièrement être enceinte et forcément, ça a un impacte. Il s’agit d’une seconde grossesse, et le fait de devoir gérer un bambin de bientôt 3 ans, en plus de tout le reste, ça n’est pas de tout repos.
Bref, vous l’aurez compris, tout n’a pas été rose pendant ce second trimestre, mais je vous rassure, à la fin de cet article, il y aura tout de même un peu de positif ! (J’aime être sincère, mais le but n’est pas de vous faire peur et de viser l’extinction de la race humaine !!! Ben oui, je sais que mon blog est mondialement connu !)

Mon journal de grossesse : Le second trimestre

Après un premier trimestre épuisant, j’ai débuté le second pleine d’espoir. Ne dit-on pas que le second trimestre de grossesse est une « parenthèse enchantée » ? Moins de fatigue, peu de douleur, la sensation d’être devenue Monica Bellucci, etc etc … Et c’est vrai que pour ma première grossesse, j’avais vécu un peu ce moment d’enchantement, durant le 5e mois.
Bon, pour cette deuxième grossesse, la seule parenthèse que j’ai vu, c’est le fait que le 2e trimestre arrive entre le 1er et le 3ème. J’ai complètement loupé le côté enchanteur. Je l’ai commencé avec une sciatique, et ma chute dans les escaliers en début de 5e mois n’a pas du tout aidé pour la suite. Heureusement, le ventre n’a pas tapé, mais en voulant justement protéger mon ventre, je me suis rattrapé sur le côté de la fesse droite. Déformation professionnelle, j’ai analysé la situation et décidé de ne pas me rendre à la mat. Je ne vous explique pas comment je me suis fait incendier par mon entourage, et surtout ma sage-femme, quand ils ont appris ma chute.

Je me suis donc retrouvée par la suite à boiter et à ne plus savoir comment me mettre pour ne pas souffrir, que ce soit en journée ou la nuit. Un mois après, une séance d’ostéo m’a libéré d’une grande partie de mes douleurs. Mon ostéo en a profité pour « faire de la place » pour bébé. Je vous conseille sincèrement de rendre visite à un professionnel durant le second et le troisième trimestre, car il pourra vraiment vous aider pour la suite.

Mon 5ème mois de grossesse.

C’est ma sage-femme qui m’a aidé pour la sciatique, grâce à une séance d’acupuncture très efficace. J’ai toujours quelques douleurs dans le dos, mais contrairement à ma première grossesse, où mon dos m’avait fait énormément souffrir jusqu’au bout, cette fois-ci, j’ai pris le taureau par les corne en amont et je ne le regrette pas. Cette séance d’acupuncture a aussi servi à calmer mes brûlures d’estomac qui commençaient à devenir difficiles à supporter, surtout la nuit.

Si vous souffrez de quelque chose en particulier pendant votre grossesse, n’hésitez pas à en parler avec votre sage-femme, ou votre médecin, qui pourront vous proposer des solutions. Ne restez surtout pas avec ces douleurs qui pourraient réellement vous gâcher la vie.

Sinon, très rapidement, mon ventre a pris de l’ampleur, et j’ai eu du mal à m’habiller pour être à l’aise au boulot, où pour rappel, je passe quasiment 12h (11 h pendant la grossesse assise). Au point un jour de faire un malaise à cause de mon pantalon et de mon soutien-gorge qui me seraient trop. Les vêtements que j’avais gardés de ma première grossesse ne m’ont pas été d’un grand secours, car même si je fais quasiment le même poids, je n’ai pas la même morphologie.

Comme pour Manoë, assez rapidement on m’a demandé « C’est pour bientôt ? » … heu non, encore 4 mois !

Changement du corps pendant la grossesse

L’autre problème que j’ai rencontré, c’est que très tôt, mes hanches m’ont fait souffrir la nuit. Mes nuits ont donc été plutôt sportives, entre les réveils pour mission pipi et les réveils pour me tourner à cause de la douleur.

Et au final, le pire dans tout ça, c’est la fatigue, liée aux nuits entrecoupées et à la gestion de Manoë, qui est plein d’énergie depuis plusieurs mois. Ma sage-femme a bien essayé de me mettre en arrêt dès le sixième mois, mais étant un peu coincée financièrement, et tant que bébé n’était pas en danger, je n’ai pas voulu m’arrêter. Il faut dire que je bosse à 50 m d’une maternité, et je savais qu’en cas de soucis, je pouvais traverser le parvis. C’est aussi ce qui a rassuré ma sage-femme.

 

Allez, je vous ai promis du positif, alors en voilà un peu quand même !

Déjà, le point le plus positif, c’est que très vite, j’ai senti bébé bouger. Souvent, pour un second, on le ressent encore plus tôt. Durant le second trimestre, c’est vraiment des moments agréables, car on sent le bébé bouger, mais sans les douleurs qui arrivent par la suite (quand bébé grandit et qu’il a moins de place pour bouger). Au début, des petites bulles, qui se transforment en petits coups. Et ce qui est génial, c’est de pouvoir partager ça avec le papa. Mais pour moi, le plus magique restera de partager ces moments avec Manoë, que j’ai adoré entendre rire quand bébé lui donnait un petit coup de pied dans la main.

6ème mois de grossesse

L’autre côté sympa, c’est que la majorité de mes collègues ont été aux petits soins avec moi. Quand je suis au boulot, j’ai tendance à oublier de prendre des pauses et à ne pas quitter mon poste assez souvent pour souffler (héritage de mon ancien poste où il pouvait être très difficile de prendre ces temps de pauses). Ce sont eux qui me rappelaient à l’ordre régulièrement. « Va prendre l’air. »  » Prends ce fauteuil il est mieux. » « Utilise le ballon, tu seras mieux. » … À la maison aussi, papounet a essayé de me dire d’en faire moins et de plus souffler. Mais j’avoue que j’ai plus facilement écouté mes collègues que mon homme (désolé mon cœur).

Enfin, nous avons décidé d’emmener Manoë avec nous pour la seconde échographie. Nous en avons beaucoup discuté en amont et avons demandé si l’obstétricienne était ok. Nous avons bien expliqué à notre loulou ce que nous allions faire et vivre ensemble, et ce fut un moment de partage en famille. Il a pu découvrir bébé « dans la télé » et surtout, apprendre le sexe en même temps que nous. Si vous vous posez la question d’emmener ou non l’aîné avec vous, parlez en avec les professionnels qui vous entourent et surtout avec le praticien qui peut refuser la présence d’un enfant. Une écho reste un acte médical et il est possible qu’il y ait des choses un peu compliquées à expliquer devant un bambin, s’il y a un souci avec bébé par exemple.

Ah si, j’ai failli oublier un point positif, je n’ai plus de poils aux jambes !!! Oui, je sais, c’est bizarre, mais c’est plutôt cool. Je n’avais pas eu ce genre de « symptômes » pour ma première grossesse, donc au départ, quand j’ai vu que je n’avais plus besoin de m’épiler les jambes, j’ai un peu flippé. Puis j’ai découvert que cela pouvait arriver parfois. Et j’ai de la chance, car dans d’autres cas, c’est l’inverse et on se transforme en mode Yeti / baleine. Bon, si seulement ça avait été généralisé et que le maillot et les aisselles étaient aussi touché, ça aurait été super. Non, parce que s’épiler les jambes en étant enceinte, c’est galère, mais le maillot, c’est juste l’horreur !

 

Au final, ces 3 mois n’ont pas été des plus simples à gérer, mais le cap est passé. Et finalement, je pense que ça restera le trimestre le moins difficile de cette grossesse (ah ben finalement, on revient à la parenthèse enchantée … ou presque !).

Ce que j’ai vraiment retenu de ce trimestre, c’est que même si j’avais trouvé ma première grossesse fatigante, une second grossesse avec un premier loulou en bas âge à gérer est encore plus épuisante.

 

Et pour vous, comment s’est passé le second trimestre de grossesse ? Avez-vous vécu cette fameuse parenthèse enchantée, où avez vous eu l’impression de vivre un marathon ? Dites moi tout en commentaire.

7 réponses sur “Mon journal de grossesse : Le second trimestre.”

  1. r, moi pour mes 2 dernières grossesse il y avait 2 mois d’écart. Un retour de couche que je n’ai pas géré. Mais J’ai été supère surprise et heureuse car je sortais d’un protocole de pma… Mais gérer un bébé nourrisson je veux dire et une autre grossesse outch c’était du bonheur mais vraiment difficile en plus je ne l’ai su qu’à presque 5 mois ben oui j’avais pas vu le retour de couche et qui n’est pas fatigué avec un bébé? Le dos des douleurs permanantes avec un petit qu’il faut porter caliner, soigner, rattraper…J’en passe et des meilleurs Mais je ne regrette rien!

  2. Ma première grossesse un bonheur, mis au part aussi les douleurs de sciatique qui m’ont forcées à m’arrêter de travailler au 7eme mois. Et en effet mes hanches me faisaient mal la nuit aussi. Mais avec 3 seances d’osteo et avec le conseil du coussin entre les cuisses pour dormir, cela a vite été réglé.
    Pour ma deuxième grossesse avec le premier qui avait 2ans. Une grossesse aussi parfaite puisque les mêmes douleurs que la première mais gérées de la même façon. Et arrêtée par contre à la moitié du 6eme mois parce que travaillant en crèche avec ma sciatique je n’arrivait plus à porter les bébés… et cela devenait dangereux. Bref deux super red grossesse et accouchements. Si je m’écoutais je recommencerai autant de fois que ça se passerai bien surtout quand on est chouchoutée de tous les côtés ! 😂 mais là bébé 2, a 2 ans et demi. Donc on va sortir des couches… il ne fait toujours pas ses nuits… (revers de la médaille sans doute ?!) donc on va souffler et on verra peut-être dans quelques années si l’envie nous reprend d’essayer de faire une petite sœur à nos deux petites garçons.
    En tous cas plein de courage pour la fin de cette grossesse et la suite !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.